Imprimer

 

  

 

Casino
Vence

La Coupole
La Gaude
Salle
Juliette Gréco
Carros
 

VIOLETTE - de Martin Provost - 2013 - France - 2h19 
autres critiques : 1 2 

-o-o-

lundi 2
17h30 et 21h

-o-o-

Violette Leduc, née bâtarde au début du siècle dernier, rencontre Simone de Beauvoir dans les années d'après-guerre à St-Germain-des-Prés. Commence une relation intense entre les deux femmes qui va durer toute leur vie, relation basée sur la quête de la liberté par l'écriture pour Violette  et la conviction pour Simone d'avoir entre les mains le destin d'un écrivain hors norme.

Une évocation de cette auteure méconnue, avec la délicatesse du réalisateur de « Séraphine », portée par Emmanuelle Devos et Sandrine Kiberlain en pleine forme.

 

 

 

 

AU BONHEUR DES OGRES - de Nicolas Bary - 2013 - France - 1h32
autres critiques : 1 2 3 

mardi 3
18h et 21h

-o-o-

-o-o-

Dans la tribu Malaussène, il y a quelque chose de curieux, d'anormal même diraient certains. Mais à y regarder de près, c'est le bonheur qui règne dans cette famille joyeusement bordélique dont la mère sans cesse en cavale amoureuse a éparpillé les pères de ses enfants. Pour Benjamin, bouc émissaire professionnel et frère aîné responsable de cette marmaille, la vie n'est jamais ennuyeuse. Mais il devient rapidement vital pour le héros de trouver pourquoi, comment, et surtout qui pourrait bien lui en vouloir à ce point-là...

Adapté du roman de Daniel Pennac, il ne faut pas plus de cinq minutes à un Raphaël Personnaz lunaire et goguenard pour nous désarmer. Pour que l'on croie à sa fantaisie, et à son drôle de métier : bouc émissaire.

 

 

 

 

LA VENUS A LA FOURRURE - de Roman Polanski - 2013 - France - 1h33
Cannes 2013 - Sélection Officielle
autres critiques : 1 2 3 4  

-o-o-

lundi 9
17h30 et 21h

-o-o-

Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu'il s'apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n'a l'envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d'énergie aussi débridée que délurée.
Vanda incarne tout ce que Thomas déteste. Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle. Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c'est avec stupéfaction qu'il voit Vanda se métamorphoser. Non seulement elle s'est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par coeur. Alors que l'« audition » se prolonge et redouble d'intensité, l'attraction de Thomas se mue en obsession......

Ce huis-clos entre un metteur en scène et une actrice qu'il auditionne est une merveille d'humour et de finesse, fidèle à l'univers sulfureux de Polanski.

 

 

 

 

LE MEDECIN DE FAMILLE (WAKOLDA) - de Lucia Puenzo - 2013 - Argentine, France, Espagne, Norvège - 1h33 - VOSTF (espagnol, allemand, hébreu)
Cannes 2013 - Un Certain Regard
autres critiques : 1 2 3 4 5 6 7   

mardi 10
18h et 21h

-o-o-

-o-o-

Patagonie, 1960. Un médecin allemand rencontre une famille argentine qui s'apprête à ouvrir un hôtel au bord du lac Nahuel Huapi. Cette famille modèle ranime son obsession pour la pureté et la perfection, en particulier Lilith, une fillette de 12 ans trop petite pour son âge. Sans connaître sa véritable identité, ils l'acceptent comme leur premier client. Ils sont peu à peu séduits par le charisme de cet homme, l'élégance de ses manières, son savoir et son argent, jusqu'à ce qu'ils comprennent qu'ils vivent avec l'un des plus grands criminels de tous les temps...

La réalisatrice se montre très féroce vis-à-vis de ses compatriotes. Ceux qui, des années durant, précisément sur les lieux où elle a situé son intrigue, ont accueilli, caché, protégé les plus grands criminels. Elle ne leur passe rien.

 

 

 

 

THE IMMIGRANT - de James Gray - 2013 - Etats-Unis - 2h00 - VOSTF (anglais)
Cannes 2013 - Sélection Officielle
autres critiques : 1 2 3   

-o-o-

lundi 16
17h30 et 21h00

-o-o-

En 1921, Ewa et sa sœur Magda quittent leur Pologne natale pour la terre promise, New-York. Arrivées à Ellis Island, Magda, atteinte de tuberculose, est placée en quarantaine. Ewa, seule et désemparée, tombe dans les filets de Bruno, un souteneur sans scrupule. Pour sauver sa soeur, elle est prête à tous les sacrifices et se livre, résignée, à la prostitution. L'arrivée d'Orlando, illusionniste et cousin de Bruno, lui redonne confiance et l'espoir de jours meilleurs. Mais c'est sans compter sur la jalousie de Bruno...

C'est  le film que l'on attendait : beau, subtil dans son message politique, interprété par des acteurs formidables, il confirme que James Gray reste plus que jamais l'un des meilleurs cinéastes de sa génération.

 

 

 

 

OMAR - de Hany Abbu-Assad - 2013 - Palestine - 1h37 - VOSTF (arabe)
Cannes 2013 - Un Certain Regard - Prix du Jury
autres critiques : 1 2 3 4 5 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

mardi 17
18h et 21h

-o-o-

-o-o-

Omar vit en Cisjordanie. Habitué à déjouer les balles des soldats, il franchit quotidiennement le mur qui le sépare de Nadia, la fille de ses rêves et de ses deux amis d'enfance, Tarek et Amjad. Les trois garçons ont décidé de créer leur propre cellule de résistance et sont prêts à passer à l'action. Leur première opération tourne mal.

Capturé par l'armée israélienne, Omar est conduit en prison. Relâché contre la promesse d'une trahison, Omar parviendra-t-il malgré tout à rester fidèle à ses amis, à la femme qu'il aime, à sa cause?

Tout en menant l'intrigue comme une histoire de guerre de gangs ou de gangsters, Hany Abu-Assad rappelle sans cesse qu'OMAR est aussi un film de guerre tout court. Jamais abordée en termes politiques, la dureté du conflit israélo-palestinien est présente. Le registre des sentiments vient la souligner, par contraste dans ce brillant thriller.

 

 

 

Relâche (Noël) - pas de programmation Culture & Cinéma

mardi 24
et mardi 31

lundi 23 et lundi 30

-o-o-

 

ZULU - de Jérôme Salle - 2013 - France - 1h50
Cannes 2013 - Sélection Officielle (hors compétition)
autres critiques : 1 2 3 

Film interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

-o-o-

lundi 6 janvier 2014 
17h30 et 21h

-o-o-

Dans une Afrique du Sud encore hantée par l'apartheid, deux policiers, un noir, un blanc, pourchassent le meurtrier sauvage d'une jeune adolescente. Des Townships de Capetown aux luxueuses villas du bord de mer, cette enquête va bouleverser la vie des deux hommes et les contraindre à affronter leurs démons intérieurs.

Une fois encore le pardon s'impose comme personnage principal et toujours le temps comme faux corollaire, l'hypocrite amnistie post-apartheid étant décrétée comme seul remède à un très hypothétique oubli...

 

 

 

 

JE FAIS LE MORT - de Jean-Paul Salomé - 2013 - France - 1h45
Festival International du Film Francophone de Namur 2013 - Sélection Officielle 
autres critiques : 1  

 mardi 7 janvier 2014
18h et 21h

  -o-o-

 -o-o-

A 40 ans, Jean, comédien, est dans le creux de la vague... Il court le cachet sans succès. Au pôle Emploi Spectacle, sa conseillère lui propose un job un peu particulier : prendre la place du mort pour permettre à la justice de reconstituer les scènes de crime. Son obsession du détail bluffe les enquêteurs et va permettre à Jean de revenir sur le devant de la scène dans une affaire délicate à Megève, hors saison, suite à une série de meurtres...

L'humour pratiqué ici est proche du Slapstick, que l'on pourrait traduire par "comique de gestes", véritable fer de lance des comédies américaines muettes des années 20, reposant sur des gags visuels ou physiques généralement exagérés. Jean-Paul Salomé s'est inspiré des films de Blake Edwards, créateur du célèbre inspecteur Clouseau qui se démène dans les aventures de la panthère rose.

 

 

 

icone-pdf